mardi 12 mars 2013

Happiness is a warm gun

Bang Bang Shoot Shoot




Résumons.
J'ai rencontré un garçon et je gère avec sang froid je suis à fond.
Ca fait dix jours. Dix jours c'est si peu et tellement à la fois. 
Suffisant pour passer des nuits entières à parler, à faire l'amour, à dormir dans les bras l'un de l'autre, sa main dans ma main, son nez contre mon nez (oui, je vous l'accorde, c'est pas pratique pour respirer, mais vous êtes censés trouver ça mignon, d'accord ? - pff, z'êtes nuls, vous comprenez rien). Suffisant pour apprendre à connaître le corps de l'autre, suffisant pour apprendre son odeur, sa peau, sa voix. Suffisant pour vivre un semblant de quotidien, pour se brosser les dents ensemble et faire griller du pain, finir le pot de confiture d'abricot, aller pique-niquer au parc, boire le café en terrasse, s'embrasser dans la rue, dans la cage d'escalier, dans l'ascenseur, regarder des films, écouter de la musique, se prêter des livres, se confier des histoires. 
Suffisant pour rêver, fantasmer, se projeter, s'attacher. 
Suffisant pour le faire en secret, du moins.
Parce que sur le papier, dix jours, ça n'est rien.
Alors j'attends. J'attends de voir. Je vis ma vie. On verra. 

Le début d'une relation, c'est un peu comme une partie d'échec. Ou une mayonnaise. Ou comme un grand touché-coulé. Il faut pas se foirer.
L'autre jour, quand il a sorti une balle de ping-pong pour faire bosser ses revers à son chat, il a coulé mon porte-avion. Bam. D'un coup. 
Moi je sais pas où en est sa grille, je la vois pas. Je balance des torpilles un peu au pif. Et je prie.

Au bout de dix jours, t'as déjà envie de l'appeler "mon amour", de le demander en mariage et de lui faire des enfants, mais, pour soigner ta couverture, tu préfères la jouer désinvolte. Du coup, au lieu de lui sauter au cou avec les yeux qui pétillent et de l'étouffer dans tes petits bras amoureux en lui disant que tu ne veux plus jamais le quitter, tu le checkes froidement en disant "wesh bro tranquille à plus" et - détail important pour brouiller les pistes - tu craches par terre. (Non ? Pas vous ? Ah).
Oui, parfois tu peux aussi torpiller ton propre porte-avion. Si t'es con.

Aparté :
Oui, la trentenaire veut des enfants. C'est un fait. (On le saura).
(Allo ? T'es un fille, t'as 32 ans, t'as pas d'enfants ? Non mais allo ? Allo, quoi ?)
(Pardon. Fallait que je la fasse).
L'autre jour, une copine à moi a passé le week-end chez une amie à elle qui a une petite fille, et elle a eu une montée de lait. Elle est trentenaire, elle veut des enfants, elle passe le week-end à proximité d'un bébé et hop, elle a une montée de lait. C'est fou. Je savais même pas que c'était possible. Notre corps nous parle, quoi. On peut pas y échapper. On est des animaux. Ou, comme le disait si bien BB : on est des vaches.
BB (après que son amant de 23 ans l'a quittée) : "Non mais tu te rends compte ? Mon amant de 23 ans qui me dit qu'on va arrêter de se voir parce qu'il pense qu'il doit arrêter les conneries ? Le mec il a huit ans de moins que moi et il me dit que les histoires de cul c'est bien joli mais que bon, maintenant il est grand, il a 23 ans et il est temps pour lui de passer à autre chose ? Non mais what ?! Donc moi je vis une vie d'adolescente attardée, c'est ça ? Recevoir une leçon de morale d'un mec de 23 ans, ça m'est resté en travers de la gorge. Et puis surtout ça veut dire quoi "Je veux quelque chose de sérieux" ? Et pourquoi il me propose pas à moi ?! Je lui aurais dit non, bien sûr, mais c'est pas la question. Je suis pas une fille avec qui on peut vivre un truc sérieux, moi ? Non mais franchement. J'étais vexée comme un pou. Je suis juste pour la baise, moi ? Je comprends pas : y a des filles avec qui tu vis des histoires d'amour et des filles avec qui tu vis des histoires de cul ?! Genre on nous étiquette dès le départ "vache à viande" ou "vache à lait" ? Mais je peux faire les deux ! Une vache c'est une vache. Je suis une vache, merde !!" (Hahahaha).

En attendant, donc, je déclare mon amour à mes amies.
Hier soir, je suis sortie jusqu'à tard. En rentrant, sur le quai du métro, je me suis assise, j'ai sorti mon bouquin, je me suis mise à lire. Puis mon portable a sonné. (Joie. C'est lui qui m'écrit ?).
SMS de Fleur : "On voit ta culotte".
J'ai levé la tête. Elle était sur le quai d'en face, elle me souriait.
Hahaha. Ma Fleur.
(On ne voyait pas ma culotte du tout, hein, je vous arrête tout de suite : il faisait trois degrés et j'avais 1) les jambes croisées 2) un gros collant en laine).
J'ai bien ri.
Moi : Je t'aime poupée.
Fleur : Moi aussi bitch.
(Aaaah, les joies du female bonding).




Sur ce, je vais corriger mes copies. Parce que dehors c'est la Sibérie (moi qui craignais une ère glaciaire dans mon couple naissant) (je suis en vigilance orange, de toute façon) (je me tiens au courant de l’évolution de la situation et je suis les conseils de sécurité émis par les pouvoirs publics), et que bon, il faut bien. Mais Marie, sache que pour l'instant, ma vie de prof, j'en ai vraiment rien, mais alors rien à carrer. En vrai. 
Mais je vais l'écrire, ce fameux papier sur ma vie de prof. J'y pense pas mal. Je l'ai même commencé. Ca a d'ailleurs été l'occasion pour moi de me passer Gangsta's Paradise en boucle, et rien que pour ça, je te remercie. 
Ce sera mon premier papier en envoyée spéciale, en mode "Bayane a testé pour vous". J'aime bien.
D'autres challenges, à ce propos ?

12 commentaires:

  1. Mais moi qui étudie en ce moment ce noble animal qu'est la vache, je vous rassure, il y a aussi des vaches mixtes !(ouf)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous sommes toutes des vaches mixtes !
      Peut-être que je devrais rebaptiser le blog :
      Ich bin eine vache :)

      Supprimer
  2. Ahhhhh Bayane casée! Je n'ai donc plus aucun espoir *yeux larmoyants et voix brisée*? Ma vie n'a plus de sens! *PAN*
    Bon, plus sérieusement maintenant : on veut des détails sur le type en question! Parce que là, on sait seulement qu'il aime la confiture d'abricot et qu'il a un chat, c'est un peu court pour se faire une idée tout de même ^^ Et puis d'abord, sous quel surnom tu vas nous en parler?
    En tout cas, félicitations! Et à bientôt =)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh oui, qui l'eut cru ? (Qu'est-ce que je vais faire de mes jupes en tartan, maintenant ?). Mais bon, "casée", "casée", c'est un grand mot. Ne nous emballons pas. Et puis, tout amateur d'abricot et ami des chats qu'il est, n'oublions pas qu'il n'a pas de nom, quand-même (c'est louche)(vous avez remarqué, vous aussi ?). Restons sur nos gardes, donc.
      Je vous en dirai plus plus tard quand j'aurai mené mon enquête.
      En attendant permet-moi de soulever un détail : qu'entends-tu exactement par "plus sérieusement" ? Quelque chose m'échappe. Tu veux dire que tu n'es pas AUTHENTIQUEMENT dévasté ? Je ne comprends pas.
      Merci, sinon :)

      Supprimer
    2. Mais Bayane, je ne peux pas être VRAIMENT dévasté. Tu es pour moi l'équivalent d'une déesse, et tout le monde sait que les mortels qui aiment les dieux terminent foudroyés. Je suis soulagé de pouvoir continuer à t'admirer autant que cela se peut. C'est déjà une immense satisfaction ;)
      Héhé, j'me suis bien rattrapé?

      Supprimer
    3. Tu as été parfait !
      Enfin un homme qui sait m'apprécier à ma juste valeur ;)

      Supprimer
  3. Je ne suis pas encore un objet de science, mais je suis citée dans ton blog - fierté ;-) Mon hypophyse déraille à l'approche d'un bébé et ça fait monter mon taux de prolactine. Ca te fait une poitrine d'enfer - mais ça fait mal. Et je me sens totalement le jouet de mon horloge biologique - life is cruel.
    Je croise les doigts pour cette jolie histoire, pour qu'elle dure longtemps, au-delà de l'hiver sibérien, car c'est joli de s'aimer au soleil.
    Bisous ma belle,
    Anonyme connue - alias Milka, la vache mauve ;-)

    RépondreSupprimer
  4. Marilyn Monroe14 mars 2013 à 09:03

    Mais c'est LA solution pour se faire gonfler la poitrine sans payer une fortune en silicone!!! Il faut se faire prêter des enfants!!!

    RépondreSupprimer
  5. Je suis déjà contente de voir une sérieuse reprise de l'activité de ce blog (à peine 3 jours sans Internet et déjà plein de nouvelles choses à lire en revenant !), alors je ne vais pas en plus exiger un contenu précis ! D'autant plus que tes derniers articles sont fort réjouissants !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh oui, vacances et nouvelles aventures obligent, je suis de nouveau très prolifique ! Mais je vais l'écrire tôt ou tard, hein, ce fameux billet sur ma vie de prof, promis !
      Et merci de te réjouir pour moi ! C'est merveilleux, tous ces inconnus qui veulent mon bonheur :)

      Supprimer